Accueil Positions 1er mai en Alsace

1er mai en Alsace

0
0
194
travail
La crise du Covid-19 a eu un impact positif, celui de révéler l’importance de certains métiers dévalorisés, y compris en termes de rémunération, et qui subissent des conditions de travail difficiles. Ce sont bien sûr les salarié.es des supermarchés, des grandes surfaces, les agents d’entretiens, les livreurs ubérisés mais également nos infirmiers.es, médecins ou aides-soignant.es qui ont dû faire face à des décisions technocratiques et de rentabilité budgétaire sans être entendus par les gouvernements successifs ou suffisamment soutenus par la société civile. Nous pouvons encore citer les producteurs locaux et artisans dont les plus petites structures souvent locales, lesquels nous permettent, malgré la crise sanitaire, de consommer des produits locaux de qualité. N’oublions pas néanmoins ceux qui ont continué par le télétravail/télé-enseignement ou ont dû rester chez eux sans travail qui vivent désormais dans la peur d’être licenciés. Pour finir, une pensée pour certaines professions libérales et le secteur de l’hôtellerie particulièrement touchés.
Notre gauche autonomiste et fédéraliste alsacienne se joint à tous les travailleurs.euses et exprime sa solidarité à l’occasion de cette fête du travail. C’est aussi le moment de rappeler notre attachement aux acquis sociaux existants et à la poursuite de la conquête de nouveaux droits sociaux. Le premier enjeu est de veiller à ce que cette crise sanitaire ne devienne pas une raison pour continuer à grignoter notre code du travail, mais au contraire l’occasion de rappeler l’importance de notre régime de retraites par répartition qui reste le modèle le plus social d’Europe. L’autre enjeu est de poursuivre la démocratisation de notre société. Le Covid-19 a mis en exergue les fragilités de notre Etat-providence qui par son organisation centralisée n’a pas suffisamment été souple pour permettre un service public hospitalier local de qualité. C’est pourquoi nous défendons une autogestion de nos territoires et services publics dans le cadre d’un Etat Fédéral. Dans un souci citoyen, il s’agit de rapprocher les centres de décisions des hommes et des territoires mais aussi de mieux adapter les mesures sociales et sanitaires aux problématiques en lien avec les demandes et soucis des citoyens.ennes. La démocratisation passe également par la démocratie sociale en permettant aux salariés du public et du privé d’avoir une prise dans les décisions de leur administration. La cogestion doit devenir la règle dans les conseils d’administration, avec au moins 50 % des membres composés de représentants du personnel.
Enfin, le confinement aura aussi permis de requestionner la place du travail. Il est temps de profiter de cette période pour redéfinir le travail et son importance dans la société en relançant notamment des débats tels que le Revenu Universel et le partage du temps de travail avec les 32h. En Alsace, nous avons la chance de bénéficier dans le cadre du droit local des dimanches et de 13 jours fériés considérés comme chômés, là où dans le droit commun seul le 1er mai est chômé et uniquement 11 jours sont fériés. Continuons à défendre ses droits et de proposer à l’échelle régionale ou communale des expérimentations pour remettre au cœur de la politique du travail, la santé et le progrès social.
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par objectifeuroregionalsace
Charger d'autres écrits dans Positions

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Appel pour une « nouvelle » Alsace : Pour une alternance politique fédéraliste/euro-régionaliste/alsacienne !

Objectif Euro-Région Alsace constate que les élus actuels issus des partis politiques trad…