Accueil presse Pour une Alsace interreligieuse et interculturelle

Pour une Alsace interreligieuse et interculturelle

0
0
154
affiche

 

 

Un débat très polémique anime actuellement la presse locale et nationale après des actes antisémites commis récemment en Alsace. Des personnalités politiques de tout bord, des intellectuels préfèrent se jeter mutuellement l’opprobre au lieu de proposer un véritable plan contre l’antisémitisme. Face à ce fléau, Objectif Euro-région Alsace plaide pour une Alsace interreligieuse et interculturelle.

Au-delà de l’enquête judiciaire qui mériterait plus de moyens pour appréhender les responsables de ces actes ignobles, la réponse doit également venir de la collectivité et de la société civile. Plutôt que de se substituer au travail de la gendarmerie, en accusant notamment sans preuve le très hétéroclite milieu régionaliste alsacien, certains élus et intellectuels alsaciens feraient mieux de proposer des solutions adéquates pour lutter contre cet antisémitisme qui continue de sévir dans notre région. Si ces derniers s’entendent à raviver des débats de manière caricaturale sur l’histoire régionale, nous préférons souligner que l’Alsace a la chance de disposer du plus grand nombre d’associations interreligieuses de France. De par notre spécificité territoriale, le contexte du droit local nous permet d’être un lieu d’expérimentation sur les questions interreligieuses. Nous appelons donc les deux départements alsaciens et les communes à initier un plan d’action contre l’antisémitisme ou toute autre forme de discrimination liée à l’appartenance religieuse, en mobilisant les acteurs de l’interreligieux et de l’éducation afin de mener des actions concrètes sur le terrain.

En outre, le problème est aussi éducatif et linguistique. Face à des programmes scolaires qui nient la question régionale, comment nos jeunes peuvent-ils donc connaitre la place qu’occupent le judaïsme, sa culture et la langue Yédisch-Daïtsch (judéo alsacien) comme composante historique essentielle de la société alsacienne ? Nous ne pouvons malheureusement pour l’heure que dénoncer l’hypocrisie de ceux qui considèrent la défense des langues régionales d’Alsace comme une forme de repli sur soi, luttent ensuite avec rage contre leur reconnaissance et viennent enfin donner des leçons de vivre ensemble une fois que ce dernier est mis à l’épreuve.

C’est pourquoi nous demandons, dans la logique du droit à la différenciation, tant défendu par le gouvernement actuel, que dans le périmètre de l’académie de Strasbourg les programmes de l’éducation nationale intègrent l’histoire d’Alsace dans une démarche respectueuse d’une recherche historique désormais globale, connectée et mondialisée. Ceci permettrait aux jeunes générations de découvrir la richesse de la culture matérielle et immatérielle juive d’Alsace, l’apport de la communauté israélite à la construction progressive d’une identité alsacienne, ainsi que les pages sombres des persécutions du Moyen âge à la Shoah. Dans cette même optique, il est plus que temps de redonner toute sa place au yiddish en lui conférant aux côtés de l’allemand et de l’alsacien un véritable statut. Il est d’ailleurs bon de rappeler qu’à Paris se situe le plus grand centre culturel d’Europe du yiddish, pourquoi pas imaginer un équivalent dans la capitale européenne ?

Jonathan Herry
Président d’Objectif Euro-région Alsace

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par objectifeuroregionalsace
Charger d'autres écrits dans presse

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Faire rentrer l’Alsace dans le XXIème siècle

A quoi peut mener la mission confiée au Préfet par le gouvernement pour sonder les velléit…